dimanche

Y Control [17]

Laissez moi vous expliquer. J'en suis sure on est tous dans le même cas, depuis toute petite j'ai un modèle, ma cousine de 12ans plus vieille que moi, belle, drole, et puis on est tellement proche, dire les même chose en même temp, la regarder, ces mimiques, et avoir l'impression de se voir soi-même, et le fait qu'elle soit si distante, jamais là au fêtes de famille, sa ne plait pas aux autres mais moi, je comprend, vous voyez, cette cousine c'est un peu moi, en mieux. Je trace ma vie en voulant etre comme elle. et il y avait son copain qui était pour moi le mec parfait, exactement le genre de mec que j'aime, les memes gouts qu'on a, les mêmes bordel. j'était secretement amoureuse de ce mec, a 12ans, completement folle, je me créais une vie, je voyais ma cousine et je me voyais moi dans 12ans, épanouie, rien n'allait aussi bien que quand j'était avec eux, c'est comme être avec soi-même. parfait. Sauf que cette après-midi quand je lui ai souri, sa faisait bien longtemps j'ai compris. Il l'a laché, il est parti. Elle déprime, elle a 28ans elle est seule, elle n'y arrive plus elle ne sait pas quoi faire. et en plus de la tristesse pour elle c'est toute un essaim de rêve qui me revient dans la gueule. Si elle, elle se retrouve si paumée a 30 ans je serai pareil, je le sais, si sa vie part en couille la mienne fera pareil, et quand elle pleure c'est moi qui pleure et quand elle m'explique qu'elle ne comprend plus rien, qu'elle ne se comprend pas, j'ai l'impression de m'entendre, de lire tout haut les feuilles que je grisais de mes mots fièvreux, après ce 29décembre. c'est comme l'enfance qui s'en va un peu plus, faire face à ce que l'on appelle la vie, rien n'est rose ou noir tout est de cette couleur indeffinissable changeante a chaque instant, elle nous réserverais bien des merdes, cette vie. et dans ces moments la, au fond de ce putain de trou ou on s'enferme a double tour, ou l'on ne regarde plus personne ni même soi-même... voir sourire son reflet plus agé, la faire rire, voir ses larmes faire crépiter l'énième cigarette et finalement sourire soi-même. La vie ne cesse de nous démolir, a grand coups de buldozer, ce qu'il faut c'est trouver la force de reconstruire assez fortement pour que ce buldozer de malheurs s'écrase sur lui-même, et disparaisse.

4 commentaires:

Alekss a dit…

Parfois, tu t'dis qu'un commentaire ferait tache.
Et c'est bien l'cas ici.
Je fais tache =o


Mais ton texte est juste magnifique, amour.
Et les photos kiffantes.

VOila too.
J'ai cassé l'harmonie du zéro commentaire sur article parfait.

Bouuh; je sors.
& je t'aime.

FreePopHugs a dit…

J'ai 14 ans maintenant :P

J'ai oublié de changer =$

pepsss a dit…

c'est touchant :'(

Mouettass' a dit…

J'aime bien cet article.
Emouvant.

Courage <3